The Clash / London Calling (1979)

clash_london_calling_front_coverDans les années 80, beaucoup de groupes faisaient passer un message politique. Cette tendance avait été initiée par les groupes Punk en réaction contre le Glam et le Rock progressif, jugés bien trop lisse pour pouvoir porter les révoltes.

The Clash, New Model Army, The Smiths, The redskins, The Dead Kennedys, ces groupes ont été les porte-parole de la révolte contre la société individualiste néo-libérale prônée par Reagan et Thatcher. Ces voix se sont tues durant les années 90 jusqu’au milieu des années 2000. Mais depuis 2007, le discours politique, la révolte est à nouveau portée par le Rock (Iceage, Merchandise). Et tragiquement, ces groupes reprennent presque mot pour mot ce que leurs aînés ont dit il y a de cela 30 ans.

London Calling est un album emblématique de cette période de révolte des années 80 face aux politiques réac des Reagan, Thatcher et consorts. C’est un vrai concept (double) album à la production finement ciselée. On est loin du son garage du premier album sorti seulement deux ans auparavant. Cet album mélange tous les genres musicaux, c’en est presque un inventaire : Reggae, Pop, Rock, Blues, Jazz… C’est un album riche en influences, principalement guidé par Joe Strummer qui s’impose véritablement comme le vrai leader du groupe. C’est aussi un album dont chaque texte dénonce, expose les malheurs de la société. Mais au-delà du simple exposé, c’est aussi un album qui incite à la révolte et qui voit en la musique un des moyens de mettre à mal ce monde terriblement réac qui grouille sous la cendre déjà froide des espoirs déçus des années 60.