Savages / Silence Yourself

[dropcap]Alors voilà.[/dropcap] Quatre filles composent Savages. Quatre filles de Londres. Silence Yourself est un album qui devrait dire beaucoup de choses à ceux qui se souviennent des sonorités et mélodies que l’on produisait à la fin des années 70, début des années 80 lorsque naissait le Post-Punk.

Beaucoup de critiques font la comparaison avec Joy Division. Elle ne me semble pas si évidente que cela. Joy Division était bien plus basique et minimaliste, c’était d’ailleurs sa force.

Avec Savages, on est au contraire dans la complexité, un peu à la manière des deux premiers albums de Patti Smith, le tout mâtiné d’un zeste de Siouxie and the Banshees et de Cocteau Twins.

Pour autant, l’album mérite-il tout le bruit et tous les éloges qui se font entendre autour de sa sortie ? Oui et non. Oui pour ceux qui ont n’étaient pas nés ou encore trop jeunes pour baigner dans ces sons de la période 76-80. Car c’est cette période que Savages fait revivre avec brio.

Pour ma part, je reste sur ma faim car j’ai été baigné dans cette musique. J’écoutais Feedback sur France-Inter à la fin des années 70 (Bernard Lenoir) et donc j’ai connu l’original et non la copie. Ben oui, c’est con mais j’ai quand même 48 piges bientôt.

Si je suis prêt à reconnaître l’indéniable talent de cet album, pour autant, je ne serai pas de ceux qui en diront que c’est un chef d’oeuvre absolu comme je peux le lire dans toutes les revues et tous les webzines branchés.

Sorry…


Laisser un commentaire