Phosphorescent / Muchacho

[dropcap]J’avais[/dropcap] prédit, à l’écoute de Song for Zula que cet album serait une merveille et je ne m’étais pas trompé… Muchachode Phosphorescent entre dans la future liste des albums de l’année 2013.

Et pourtant, Matthew Houck revient de loin. Du Mexique, d’ailleurs, d’où le nom de l’album. Du Mexique qui a servi de lieu d’exil et de méditation. Album introspectif.

J’avais envisagé un album sombre mais au final, il n’est pas que cela. Loin s’en faut. C’est même plutôt lumineux. La production est aérienne et lyrique et la musique bénéficie d’arrangements sublimes. C’est un disque d’atmosphère (Je n’ai pas dit d’ambiance !), un disque qui prend doucement possession de notre esprit. On songe à l’océan, à la lumière douce d’un début de soirée d’été. L’espace s’ouvre, un léger vent qui caresse.

Laisser un commentaire