Hiss Golden Messenger / Haw

[dropcap]A l’instar[/dropcap] de Mount Moriah ou Black Twig Picker, Hiss Golden Messenger fait partie de ce courant Folk Revival Nord-Américain auquel il est fondamental de s’intéresser, fondamental parce qu’il s’agit des racines de toute la musique qu’on aime (elle vient de là, elle vient du blues… Oups ! Sorry).

Je parle bien ici de revival et non de nostalgie et a fortiori de folk plutôt que de folklore. Il ne s’agit pas en effet de musique ou de thèmes figés dans une époque idéalisée, une sorte d’âge d’or mythique d’une Amérique à la Johnny Hallyday avec veste en daim à lanières qui pendouillent.

Non. C’est au contraire d’une Amérique vivante et bien réelle qu’il s’agit. Haw est un album sublime de Hiss Golden Messenger (le 4ième) même pour celui qui ne serait pas initié à la culture et à l’histoire Américaine. L’initié, quant à lui, pensera à certains films cultes tels Point Limite Zéro, Two-Lane Blacktop et aussi Django Unchained.

Sufferer (love my conqueror) vaut à lui seul que l’on se précipite sur cet album…

7.1 / 10 stars