Föllakzoid / II

[dropcap]C[/dropcap]ontrairement à ce que pourrait laisser entendre le nom et le son de ce groupe, II de Föllakzoid n’est pas la réédition d’un album qui serait sorti en Allemagne à la fin des années 60, début années 70.

Même la pochette pourrait nous confondre.

Non, ce n’est pas ici un album d’un groupe Allemand KrautRock des origines que nous avons là mais celui d’un groupe Chilien de 2013 qui a délibérément choisi de produire façon Vintage.

Cette production ravira les amateurs du genre et je dois lui reconnaître une qualité certaine de la même manière que je reconnais cette qualité à Electrelane qui joue dans le même registre.

Mais je peux me permettre quelques réserves. Certaines parties de l’album confinent parfois un peu trop à l’exercice de style. Il y manque un nuage de ce supplément d’âme qui rend une musique vivante. On peut s’appuyer sur des codes musicaux classiques mais on doit aussi parvenir à les rendre actuels. Ce que faisaient Alan Vega et Martin Rev avec Suicide. Föllakzoid se coupe peut être trop du réel. Ce retour méticuleux vers le passé et cette volonté de « faire » vintage  risquent de susciter chez l’auditeur un sentiment de contemplation d’une nature morte, sentiment qui peut être renforcé par la longueur des morceaux.

 Ces défauts pourront être corrigés par la suite. Car je ne veux pas finir sur une note négative et il serait au fond dommage de passer à côté de cet album de passionnés. Cette sincérité a pour moi un vrai mérite. Et cela suffit bien souvent.