Cure « Play for today »

the-cure-seventeen-secondsAlors, c’est vrai, j’aurais pu choisir Strange Days de l’album Pornography pour répondre à mon ami Nico. De Seventeen Seconds, j’aurais aussi pu choisir le hit qu’est A Forest. Mais j’ai choisi Play for Today.

Why ? D’abord parce que j’ai 15 ans lorsque sort l’album et que c’est le premier album de The Cure que j’écoute. Prêté par un copain. Il me dit que c’est spécial mais génial. OK, let’s see. Premier morceau A Reflection. Je me dis bon, ‘il y a une ambiance. Deuxième morceau Play for Today. Là, je me dis que ça sonne pas comme d’hab’, il y a un truc qui sort de l’ordinaire. Cela ressemble au son que l’on a envie d’entendre quand on est ado dans les années 80.

On n’a pas vécu les débuts des Doors, de Jimi Hendrix, du Velvet. Au moment des Sex Pistols, on a 10, 12 ans et c’est Saturday Night Fever qui passe en boucle sur toutes les radios périphériques, avec Gérard Lenormand, Claude François et Carlos…

Staying aliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiive… VOS GUEULES PUTAIN !

Les années 80 finirent par s’annoncer sous les meilleurs auspices. Suite à un incident technique, Claude François avait fini par jeter l’éponge. Avec l’eau du bain. Je sais, c’est cruel mais ça m’excite.

Donc, forcément, The Cure, ça nous libère de cette soupe commerciale. En écoutant Play for Today, on est comme dans un rite de passage, on se libère, on a comme le sentiment d’appartenir à une autre caste, d’être admis dans le cercle des Happy Fews.

Laisser un commentaire