Lala Lala/The Lamb

Lala lala

Il y a d’abord eu un album auto-produit en 2016 : Sleepyhead, avec plusieurs titres déjà bien prometteurs tels que “Fuck with your Friends”, “Dream Song”, aux sonorités Rock ou “Moon Baby Sun Star”, plus folk-pop.

Avec The Lamb, Lilcette fois-ci sur le label Hardly Art Records (à qui nous devons Shannon And The Clams, La Sera, Tacocat, Collen Green déjà chroniqués ici) et si le premier album était déjà bien prometteur, ce deuxième opus est, comme le dit le cliché, l’album de la maturité.

Enfin, pas tout à fait, quand même car il reste dans les morceaux qui composent cet album encore des airs de comptines (Façon Halloween) et les textes vont à l’essentiel et avec le plus souvent une certaine crudité.

Le morceau “Destroyer” a eu l’honneur d’être “The song of the day” sur KEXP, la station de référence de Seattle et a donné lieu à un clip assez jouissif.


9.5 / 10 stars          

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.